Salies-de-Béarn, cité du sel et station thermale

Le sel est  indissociable de Salies-de-Béarn tant il a façonné l'histoire, l’organisation sociale, l’architecture et l’économie de la cité.

 

Dès l'âge du bronze, les hommes ont exploité le sel, présent dans différentes sources, 10 fois plus salées que l’eau de mer avec environ 300 g de sel par litre, de nombreux vestiges de poteries et de four attestent d’une présence ancienne .

La première mention écrite de l'existence de Salies-de-Béarn date du XIe siècle
Occultant cette antique période, les Salisiens ont préféré dater la découverte de l’Or Blanc, au haut Moyen-Age par la légende du Sanglier .

L'exploitation intensive et anarchique du sel, indispensable conservateur des aliments, à l'époque médiévale permet à Salies-de-Béarn d'avoir une économie prospère.
le sel de Salies-de-béarn

Afin d’organiser et de préserver la Source, le puisage de l’eau salée est codifié en 1587. Ainsi naquit la corporation des Part-prenants, qui par le droit du Sang (habiter Salies depuis au moins 1587 et pour les générations futures être descendants de Salisiens implantés là depuis lors) et le droit du Sol (vivre dans l’enceinte fortifiée de la ville) octroyaient le compte de Saüce (de sel) aux besis (voisins de la source).

Le commerce du sel était particulièrement lucratif, car franc de gabelle avec un monopole de vente le long de la chaîne des Pyrénées.

Sur le plan social, la charte de la Fontaine Salée assurait l’aide aux malades, la médecine et médicaments gratuits, le financement des études des enfants, un fonds de solidarité en cas d’accident d’un membre de la communauté. La sécurité sociale bien avant l’heure.
De la place du Bayaà (où serait mort le fameux sanglier, et conservé par le sel), centre névralgique de la cité et point central de la « coquille d’escargot », débouchent de nombreuses ruelles et venelles. C’est un véritable labyrinthe de maisons très concentrées, des XVI et XVIIè siècles où habitaient Part-prenants, façonneurs de sel, vignerons qui n’avaient autrefois d’autre choix que de s’entasser dans ce petit périmètre. Quitter les murs de protection des remparts, signifiait aussi perdre son droit de puisage et donc son compte de Sauce…
Aujourd’hui encore, 531 personnes, descendants de la noblesse du sel, bénéficient toujours du compte de Saüce. Bien sûr, ils ne vont plus à la Source chercher leurs sameaux d’eau salée mais perçoivent fièrement… : 40 € annuel en 2009 et sont toujours les propriétaires indivisibles des sources salées et des lieux d’exploitation.

Par ailleurs, différents vignobles se situaient sur les collines environnantes comme la colline du Sègue que l'on  nomme aujourd'hui le pain de sucre, le sucre des raisins sur les coteaux en opposition avec le sel du centre ville.
Après la Révolution, l’abolition de la gabelle et des privilèges, Salies-de-Béarn, écrasé par les impôts et concurrencé par le sel de mer, connaît une crise économique sans précédent qui la pousse à explorer de nouvelles utilisations de l’eau salée, très riche en oligo-éléments.

L'Hôtel du ParcDès le milieu du XIXe siècle, la cité devient une station thermale. Les vertus thérapeutiques des eaux sont reconnues pour soigner la stérilité des dames. En 1888, est construit le 1er établissement thermal, de style hispano mauresque. Rapidement, Salies de Béarn est fréquentée par une clientèle aristocratique européenne. La ligne de chemin de fer Paris/Orléans/Salies-de-Béarn transporte une cohorte de riches curistes qui viennent prendre les eaux.

La ville se dote d’un casino, de nombreux hôtels, villas et palaces « Belle Epoque », d’un kiosque à musique, d’un jardin public puis d’un golf. De belles villas art-déco fleurissent aux abords du quartier thermal. Cet ensemble donne actuellement à Salies-de-Béarn un charme indiscutable.

Aujourd’hui, les Thermes de Salies-de-Béarn accueillent essentiellement des curistes en rhumatologie, gynécologie et pédiatrie. Applications de cataplasme de boue, douche à jet, bain en eau thermale et séance de mobilisation en piscines thermales apportent un bénéfice médical démontré par des analyses scientifiques.
espace balnéo des thermes de Salies-de-Béarn

Le spa thermo ludique de Salies-de-Béarn permet de bénéficier l’espace d’une heure, d’un week-end ou d’une semaine des effets relaxants des eaux minérales. Des sportifs de haut niveau :, équipes professionnelles de rugby, de cyclisme, de basket et autres sports fréquentent régulièrement les équipements de balnéo dans le cadre de stage de préparation physique ou de récupération.

La production du sel est toujours destinée à une commercialisation régionale avec les salaisons du bassin de l’Adour et son célèbre jambon de Bayonne. Les fromages de brebis des Pyrénées et de nombreuses productions à base de canard gras utilisent aussi le sel de Salies-de-Béarn.

Le flash player n'est pas présent. Le contenu n'a pu être délivré.

Retrouvez tous nos hébergements et locations de vacances à Salies-de-Béarn

Hôtel à Salies-de-Béarn
Gîte et location à Salies-de-Béarn
Chambre d'Hôtes à Salies-de-Béarn
Camping à Salies-de-Béarn